Cigarette électronique : histoire et distribution

La cigarette est l’alternative mise en avant pour amorcer un sevrage progressif à la dépendance au tabac. Cette invention technologique a derrière elle toute une histoire qui mérite bien d’être connue.

Les origines de la cigarette électronique


L’idée de la cigarette électronique a germé dans la tête d’Herbert A. Gilbert dans les années 1963. Deux ans plus tard, il déposa un brevet à ce titre. Dans ce brevet, il a formulé un schéma de fonctionnement de la cigarette électronique. Le principe était de substituer le tabac enrobé dans du papier à de l’air chauffé et embaumé d’arômes. Au cours de cette période, des sociétés ont porté leurs intérêts pour la production et la commercialisation de ce nouveau produit. Mais cela n’a jamais pu se réaliser. Consultez ce site pour l'explication détaillée sur la cigarette électronique.
Bien plus tard, en 2005, un pharmacien chinois a déposé à son tour un brevet. Le principe de fonctionnement de cette cigarette était de pouvoir fonctionner sans fumée et avec une vaporisation électronique. Pour son opérationnalisation, ce dispositif a besoin d’ultrason. En 2004 déjà il a établi un partenariat avec la société Golden Dragon Holdings en vue de la commercialisation de cette cigarette. Trois ans plus tard, Golden Dragon Holdings change de dénomination et devient Ruyan. Ce qui signifie en chinois « comme une cigarette ».
En 2009, un autre chinois répondant au nom de David Yunqiang Xiu a élaboré une technologie de pulvérisation à l’aide de composants résistants chauffants. Il a donné le nom d’Electronic Nicotine Delivery System ENDS a son invention.

Quel est le circuit de distribution de l’E.-cigarette ?


Les cigarettes électroniques proviennent pour la plupart de Chine. Elles sont conçues dans des usines chinoises situées dans les villes d’Hong Kong et de Shenzhen. Les distributeurs dans le monde entier ont en Chine des intermédiaires qui s’occupent de leur approvisionnement en kits. Soit ils achètent des kits prêts à l'emploi, soit ils achètent le matériel en vrac à assembler plus tard. Parmi ces intermédiaires certains disposent d'ateliers de montage de kits. D’autres louent des ateliers dans les usines de productions et s’occupent eux-mêmes du montage, assemblage et du conditionnement des kits.